Réflexion sur l’argent

Auto-stop au marocAprès avoir vécu environs 5 ans sans utiliser d’argent, j’ai décidé de réintégrer l’argent dans mon existence et je me pose donc une question : Était-ce vraiment nécessaire de s’obstiner à vivre sans argent aussi longtemps, si aujourd’hui j’en utilise de nouveau ?

J’aime me dire que oui. Si l’argent fait de nouveau partie intégrante de mon existence, j’ai appris à m’en passer. L’adage populaire dit qu’il faut «voir pour croire», je pense qu’il faut expérimenter pour croire et grâce à mes années de pauvreté, je sais désormais que je peux vivre bien et être heureux sans argent, c’est une réalité.
J’ai désormais envie de l’expérimenter à plusieurs, car je sais que si nous sommes plus nombreux à le vivre, alors nous serons plus nombreux à y croire, et la vision d’un monde sans échanges monétaires sera moins utopique.

J’ai fait la paix avec mon «ennemi»:), mais je reste convaincu que ma vie sera meilleure sans et je suis plus motivé que jamais pour trouver le moyen de m’en passer, d’où mes efforts pour la réalisation de notre éco-lieu Eotopia.

J’ai écrit que l’argent était un cancer pour nos sociétés… C’est peut-être exagéré, peut-être pas. Quand je dis argent, je ne 4053688848parle pas de la monnaie, de l’outil d’échange, de cette promesse en papier qui n’a d’autre but que celui de satisfaire un besoin ou un désir. Je parle plutôt de l’argent comme un symbole.

L’argent, avant d’être un outil d’échange est une mesure, il sert à définir la valeur d’un objet, d’un bien, d’un service. Et c’est cette fonction qui lui donne son pouvoir, plaçant l’argent au-dessus des considérations de chacun. La valeur d’une tomate, d’un service que nous donnons ne dépend pas de nous, ni vraiment des efforts que nous avons effectués, elle répond à une norme établie arbitrairement selon les fluctuations du marché.

Boycotter l’usage de l’argent ne signifie pas bannir l’outil mais le système de valeur qui, par définition, créé des inégalités.
Car Valeur = Jugement.
Un fruit n’a pas la même valeur pour tous, suivant nos goûts, nos situations géographiques, nos désirs. Ainsi un prix sera toujours trop cher pour l’un ou bon marché pour l’autre.
Cette valeur est en général imposée par des institutions ou des entreprises, qui, bien entendu, cherchent à favoriser leurs propres commerces. Donc, premièrement, donner une valeur à un produit est une injustice, et deuxièmement ceux qui donnent la valeur le font avec la recherche d’un profit, créant donc encore plus d’injustice.

caricature_sur_la_redistribution_de_l__argent.C’est cette imposition que nous cherchons à contourner. Serait-il possible de s’imaginer un autre système financier qui fonctionnerait sur les besoins de chacun et les ressources disponibles et non sur des valeurs imposées, sur une mode ou une prétendue pénurie ?

Nous sommes persuadés que c’est possible, mais pour cela, nous devons nous réorganiser pour créer une économie parallèle sans valeurs imposées, où chacun est libre de valoriser son travail, suivant sa condition, sa lenteur ou sa rapidité dans la tâche, la qualité de son sol, et surtout, ses besoins. Ne serait-il pas tout simplement plus humain de donner plus à celui qui est infirme, ou celle qui a hérité d’une terre ingrate ?

Nous parlons ici de partage. Quoiqu’on puisse en penser, si la tomate pousse, c’est parce que la terre et le soleil le veulent bien. Nous ne faisons qu’une infime partie du travail (et souvent très mal, incapable d’écouter la nature avec nos produits meurtriers) et nous nous permettons, ensuite, après avoir reçu le don de la vie, de mettre un prix dessus, d’essayer de le vendre toujours plus cher et de laisser mourir de faim nos voisins… J’exagère, mais sur l’échelle de la planète, c’est ça.

L’argent n’est pas le diable, c’est évident, mais le système de valeurs et de prix qu’il incarne est un véritable cancer pour nos sociétés. Expérimentons, partageons, donnons, cherchons ensemble des pistes pour s’orienter vers une nouvelle économie qui remplacerait le profit par l’humain, le bénéfice par le plaisir de partager, l’avarice par l’amour.

J’ai longtemps pensé que retourner à l’usage de l’argent serait pour moi un échec mais je comprends aujourd’hui que l’enseignement principal de mon expérience est que ce qui nous fait vivre, ce qui nous rend heureux n’a rien avoir avec l’argent. La monnaie n’est qu’un accessoire pour satisfaire des besoins ou des désirs, et nous devons dans un premier temps lui redonner cette place, pour pouvoir, un jour peut-être, s’en passer.

J’imagine que certain d’entre vous me diront : «Tu m’aurais demandé avant de partir je t’aurais répondu la même chose et tu te serais évité bien des peines !» Peut-être, mais il est important de vivre les choses, d’expérimenter par soi-même et de ne pas se contenter des vérités imposées par nos cultures, nos professeurs ou nos livres. Mon voyage fut animé par le désir de se défaire de mes préjugés et certitudes pour découvrir ma propre vérité.
Je vous invite à partir vous aussi pour expérimenter le dénuement et vous libérer de vous-même ! Frisson et prise de conscience garantie !

GiftEconomy-e1350666957925

Publicités

5 réflexions sur “Réflexion sur l’argent

  1. Bonjour. J’aime beaucoup ton texte qui en dit beaucoup sur ton expérience et sur toi même. Je suis daccord que nous sommes ici pour faire des expériences, par nous même, et pour partager. Le partage dans ce monde est complètement déséquilibré et c’est à chacun d’en prendre conscience pour rétablir cet équilibre avec ses propres expériences… L’argent est une énergie, une énergie est neutre, c’est ce qu’on en fait (et comme on le perçoit) qui la rend positive ou négative. Tout autour de nous est énergie, tout se touche et renvoie à l’équilibre. Bonne continuation et bonne expérience à toi. effetmiroir

  2. Bonjour,

    J’ai lu votre livre dernièrement. Il m’a agacé et beaucoup plu en même temps, il donne matière à réfléchir.
    Je vous remercie de nous faire partager cette belle aventure qui m’a beaucoup intéressée.

    J’ai été assez énervée car votre voyage a été possible grâce à des gens qui payaient leur nourriture, leur voiture, leur essence, ect. Vous avez beaucoup reçu d’autrui (et tant mieux) et parfois je me disais que c’était vraiment une sorte de facilité.

    Je me suis aussi dit que cette expérience n’était possible que pour une période donnée, et pour un homme solitaire. Effectivement, il est plus facile de vivre sans argent quand on n’a pas de maladie, quand on n’a pas d’enfant ni parent à charge. Ainsi, j’ai pensé que votre idée n’était pas applicable à long terme et pour tous.

    Ensuite, selon moi, l’argent n’est qu’un outil, un accessoire pratique. Il n’est pas le diable. Comme l’alcool, comme le cannabis, comme le sexe, comme la télé (que j’ai longtemps diabolisée), comme les religions… Si tant de choses contribuent à la corruption de la société ou de l’âme, c’est l’homme, qui amènent les choses les plus simples et parfois les plus belles à la dégradation. Ce qu’il faut, c’est l’éducation. Par l’éducation et la réflexion, je crois que l’on peut utiliser l’argent de manière rationalisée.

    Ainsi, hier, j’ai surfé sur le net pour savoir ce que vous étiez devenu et où vous avez mené cette idée. Et j’ai découvert votre blog et la réintégration de l’argent dans votre monde. J’ai presque été déçue 🙂
    J’ai compris que vous été devenu papa et ainsi, le retour de l’argent dans votre vie a confirmé mon idée première. Je suis heureuse de votre conclusion « Il est important de vivre les choses, d’expérimenter par soi-même et de ne pas se contenter des vérités imposées par nos cultures, nos professeurs ou nos livres. » Vous avez joué un peu à Descartes et Pascal et c’est tout à votre honneur. Bravo d’avoir expérimenté.

    • Merci pour le commentaire malgré l’agacement ! Oui l’argent n’est pas le diable…et encore moins ceux qui l’utilisent ! Mais c’est bien sympathique de ne pas en avoir besoin. Après, effectivement, l’expérience n’est pas pérenne…pour l’instant !
      Belle journée !

  3. En, fait , l’argent devrait être comme dans les SEL , une unité d’échange.
    Merci de partager votre expérience
    Vous devriez être intéressé par les expériences en vidéos sur side-ways.net, entre autre celle sur Daniel le boulanger.
    Harmonie et sérénité
    Isabellemiaou

  4. En guise de réflexion, ne pourrions-nous pas tout simplement construire une société parallèle (qui pourrait s’imposer à terme) dans laquelle l’argent ne serait pas nécessaire ? Pour ma part j’en suis convaincu pour autant que chacun comprenne la place de la responsabilité individuelle (notion chère à la droite – parti de l’économie… je vous laisse apprécier l’incohérence).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s